Lexique gynécologique de la marque V-Veil

Accueil > Lexique gynécologique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 CANDIDOSE ( Leucorrhées pathologiques) Le "terrain" a ici une grande importance puisqu'elles sont favorisées par l'acidité vaginale, la macération excessive du périnée, les traitements antibiotiques ou oestroprogestatifs, le diabète, la grossesse, etc... Source : wikipedia, www.medix.fr, Dictionnaire médical Bilingue DORLAND, 28eme Ed. 2010.

CHOC TOXIQUE Qu'est-ce que le syndrome du choc toxique? Le syndrome du choc toxique (SCT) est une maladie rare, souvent très grave qui survient soudainement après une infection. Le SCT peut rapidement affecter plusieurs organes différents y compris le foie, les poumons et les reins. Comme le SCT progresse rapidement, l'aide médicale est nécessaire aussitôt que possible. Qu'est-ce qui cause le SCT? Le SCT est provoqué par une infection due à une bactérie. Il existe deux bactéries qui produisent des toxines pouvant être responsable du SCT - la première est le staphylococcus aureus (SA) et la deuxième est le streptocoque de groupe A. La bactérie du streptocoque de Groupe A est associée à la fasciite nécrosante ou maladie dévoreuse de chair. Pour plus d'information, veuillez consulter la HealthLink BC File [fiche santé de la C.-B.] n° 60 La fasciite nécrosante. Cette fiche santé présente le SCT en relation avec l'infection de la bactérie du staphylococcus aureus (SA). Qu'est ce que le staphylococcus aureus? Les bactéries staphylococciques sont présentes dans le nez et/ou sur la peau de plus de 30 pourcent des personnes en bonne santé. Heureusement ces bactéries ne sont habituellement pas dangereuses et ne causent que des infections légères de la gorge ou de la peau. Les bactéries staphylococciques produisent des toxines qui n'affectent pas la plupart des personnes. Dans de rares cas, les personnes qui n'ont pas développé d'anticorps contre ces toxines peuvent présenter une réaction aiguë lorsque celles-ci entrent dans la circulation sanguine. Le syndrome du choc toxique en est le résultat. Quels sont les symptômes du SCT? Les symptômes premiers du SCT sont semblables à ceux de la grippe, se développent rapidement et sont graves. Les symptômes peuvent inclure : une douleur à l'endroit de l'infection, des vomissements, de la diarrhée, des signes de choc y compris une hypotension artérielle, des étourdissements, des maux de tête, des essoufflements et une brûlure semblable à celle d'un coup de soleil. Les symptômes se manifestent généralement dans un délai de 3 à 5 jours chez les femmes menstruées qui utilisent des tampons. En général, les symptômes du SCT peuvent se développer dès 12 heures après une intervention chirurgicale. Qui est à risque? Le SCT ,du à une infection bactérienne staphylococcique, peut toucher tout le monde. Cependant, la majorité des personnes atteintes sont les jeunes, hommes et femmes, de 20 à 40 ans qui n'ont pas développé les anticorps spécifiques. Bien que les femmes menstruées qui utilisent des tampons soient plus à risque de contracter le SCT, les tampons ne causent pas le SCT. Les facteurs de risque du SCT comprennent : Un antécédent de syndrome de choc toxique staphylococcique. Une utilisation prolongée d'un tampon, en particulier de type super absorbant. L'utilisation d'éponges, de diaphragmes ou de dispositifs intra-utérins contraceptifs. L'irritation et l'inflammation du vagin (vaginite). Une blessure cutanée y compris une plaie chirurgicale par exemple lors d'une opération nasale. Les personnes qui développent une infection de plaie staphylococcique après une chirurgie peuvent avoir plus de risque de contracter le SCT. Des infections respiratoires récentes comme la sinusite, le mal de gorge (pharyngite), la laryngite, l'angine ou la pneumonie. Que dois-je faire si je pense être atteinte du SCT? Si vous pensez avoir contracté le SCT vous devez consulter un médecin immédiatement. Si vous ne pouvez pas consulter un médecin immédiatement, allez au service des urgences le plus proche. Si vous manifestez un symptôme quelconque du SCT lors de l'utilisation d'un tampon, enlevez-le et consultez un médecin immédiatement. Avertissez le professionnel de la santé que vous portiez un tampon lorsque les symptômes sont apparus. Quel est le traitement contre le SCT? Le SCT dû aux infections bactériennes staphylococciques est grave. Cependant, lorsqu'il est identifié et traité correctement, il est mortel dans seulement 3 à 6 pourcent des cas. Le SCT ne peut pas être traité à domicile. L'hospitalisation est requise pour soigner l'infection du SCT et d'autres complications associées au SCT comme les commotions. On administre des médicaments antibiotiques pour tuer la bactérie. Si la source de l'infection implique un tampon, un diaphragme ou une éponge contraceptive, ils doivent être enlevés dès que possible. Le SCT peut-il être évité? Le SCT causé par une infection et non associé à l'usage du tampon peut être évité en maintenant toutes les plaies propres, y compris les plaies chirurgicales, les plaies de coupures, d'égratignures, de brûlures, d'irritations, de piqûres d'insectes ou de morsures d'animal. Le SCT associé à l'usage des tampons, des diaphragmes ou des éponges contraceptives peut être évité. Suivez les indications fournies avec le paquet lorsque vous utilisez des tampons, des diaphragmes ou des éponges contraceptives. Lavez-vous les mains au savon avant d'insérer ou d'enlever un tampon, un diaphragme ou une éponge contraceptive. Changez votre tampon au moins toutes les huit heures ou utilisez les tampons durant une seule partie de la journée seulement. Ne gardez pas votre diaphragme ou votre éponge contraceptive plus de 12 à 18 heures. Alternez tampons et serviettes hygiéniques. Par exemple, utilisez des serviettes pendant la nuit et des tampons pendant la journée. Utilisez des tampons au taux d'absorbance le plus faible selon vos besoins. Le risque de SCT est plus élevé avec les tampons super absorbants. Source : Santé Canada www.sc-hc.gc.ca

ECOSYSTEME VAGINAL Le vagin est un écosystème dynamique où chaque femme possède 8 à 10 germes en équilibre. La flore dominante est le bacille de Döderlein : lactobacille tapissant la muqueuse vaginale. Il transforme le glycogène abondamment contenu dans les cellules vaginales et cervicales grâce à l’imprégnation oestrogénique en acide lactique. Cet acide lactique explique le pH acide du vagin qui est un facteur protecteur de la pullulation microbienne. Cette flore aéro-anaérobie équilibrée s’oppose en effet à l’adhérence et à la colonisation des germes pathogènes dans le vagin. Source wikipedia
FLORE VAGINALE / ECO SYSTEME VAGINAL L’écosystème vaginal Le vagin est un écosystème dynamique où chaque femme possède 8 à 10 germes en équilibre. La flore dominante est le bacille de Döderlein : lactobacille tapissant la muqueuse vaginale. Il transforme le glycogène abondamment contenu dans les cellules vaginales et cervicales grâce à l’imprégnation oestrogénique en acide lactique. Cet acide lactique explique le pH acide du vagin qui est un facteur protecteur de la pullulation microbienne. Cette flore aéro-anaérobie équilibrée s’oppose en effet à l’adhérence et à la colonisation des germes pathogènes dans le vagin. Source wikipedia
GARDNERELLA VAGINALIS (VAGINOSE BACTÉRIENNE) Il s'agit d'un déséquilibre de la flore vaginale aux dépends de gardnerella vaginalis (GV) et de divers germes anaérobies associés. Fréquentes, banales et généralement sans conséquences graves, cette affection est caractérisée par une prolifération de germes anaérobies et une diminution de la flore vaginale normale (lactobacille de Doderlein). Le terme de vaginose exprime bien l'absence habituelle d'inflammation vulvo-vaginale. Source : wikipedia, www.medix.fr , Dictionnaire médical Bilingue DORLAND, 28eme Ed. 2010.
LEUCORRHEES une leucorrhée est un écoulement non sanglant, blanchâtre et visqueux provenant du vagin et de la cavité vaginale. Elle peut êtrephysiologique (par sécrétion de glaire cervicale et desquamation vaginale) ou pathologique témoignant d'une infection le plus souvent d'une vaginite, candidose ou vaginose. Leucorrhées physiologiques: Le vagin contient naturellement une leucorrhée physiologique en période d'activité génitale. L'écoulement normal est d'environ 2 ml par jour, en dehors de la grossesse. Elle est formée : D'un transsudat plasmatique De la glaire cervicale De cellules épithéliales vaginales riches englycogène De cellules du sang polynucléaires D'une importante flore microbienne : flore de Döderlain qui équilibre le pH D'un petit nombre de germes : staphylocoques, streptocoques, Escherichia Le milieu vaginal est acide car la flore de Döderlain produit de l'acide lactique. Le pH est autour de 4,5. C'est un écosystème très dépendant de l'activité hormonale. La leucorrhée est un phénomène physiologique normal, signe d’une bonne imprégnation œstrogénique. Leucorrhées pathologiques: CANDIDOSE VULVO-VAGINALE Le "terrain" a ici une grande importance puisqu'elles sont favorisées par l'acidité vaginale, la macération excessive du périnée, les traitements antibiotiques ou oestroprogestatifs, le diabète, la grossesse, etc... GARDNERELLA VAGINALIS (vaginose bactérienne) Il s'agit d'un déséquilibre de la flore vaginale aux dépends de gardnerella vaginalis (GV) et de divers germes anaérobies associés. Fréquentes, banales et généralement sans conséquences graves, cette affection est caractérisée par une prolifération de germes anaérobies et une diminution de la flore vaginale normale (lactobacille de Doderlein). Le terme de vaginose exprime bien l'absence habituelle d'inflammation vulvo-vaginale. Source : wikipedia, www.medix.fr, Dictionnaire médical Bilingue DORLAND, 28eme Ed. 2010.
MÉTABOLISME HÉPATIQUE Le métabolisme d’un médicament correspond à la transformation enzymatique d’un médicament en un ou plusieurs composés, dits métabolites qui peuvent être aussi actifs que la molécule originale, inactifs jusqu’à ce qu’ils soient métabolisés en médicament actif dans l’organisme ou parfois toxiques. Le métabolisme est une des phases d’élimination d’un médicament : les différentes étapes du métabolisme conduisent à la formation de substances hydrosolubles plus facilement éliminées par les milieux aqueux tels que l’urine, la bile, la salive, … Le métabolisme des médicaments se fait essentiellement dans le foie, mais également dans les reins, poumons,intestins, etc.

MÉTRORRAGIE Saignement génital survenant en dehors des règles. On peut avoir des métrorragies après la ménopause ou à cause d'une grossesse extra utérine rompue. Dans ce dernier cas le fœtus peut s'être développé dans les trompes (au lieu de l'utérus) et ainsi, rompre un vaisseau sanguin. La métrorragie peut ainsi signer un hémopéritoine. C'est une urgence médicale. Le terme métrorragie ne préjuge en rien de l'abondance du saignement. Il ne faut pas confondre métrorragie avec ménorragie, qui définit des règles anormalement longues et abondantes. Source : wikipedia

MYCOSES VAGINALES Les mycoses vaginales, aussi appelées candidose vaginale, sont des contaminations provoquées par des champignons, la plupart du temps provoquée par la levure Candida albicans, au niveau de la zone intime. Cela provoque une inflammation du vagin. La mycose vaginale peut aussi toucher les petites et grandes lèvres (organes génitaux externes) : Il ne s'agit pas d'une maladie liée à un manque d'hygiène mais due à une perturbation de la flore vaginale naturelle dont plusieurs facteurs peuvent en être la cause. Les mycoses vaginales touchent de très nombreuses femmes, près de 75 % des femmes seraient concernées au moins une fois dans leur vie. Sachant que les mycoses vaginales sont provoquées par des champignons (en général par la levure Candida albicans), certains facteurs peuvent favoriser le développement de cette levure en excès (Candida albicans étant toujours présent dans la région vaginale mais en petite quantité) tel(les) que : des variations hormonales (règles) une grossesse (souvent au 3ème trimestre) le diabète la prise de médicaments (antibiotiques...) des troubles de la glande thyroïde le stress la pilule une mauvaise hygiène locale, par exemple lorsque vous allez aux toilettes, il faut nettoyer la zone intime de l'avant vers l'arrière (du vagin vers l'anus) pour éviter de contaminer le vagin avec des champignons provenant des intestins une hygiène excessive dans la zone intime des habits qui serrent trop ou sont en matière synthétique l'âge (les sujets âgés sont plus susceptibles de développer une mycose vaginale) une infection dans une autre région du corps (le système immunitaire "travaille" trop et les mycoses peuvent se développer plus facilement) Lors de mycose vaginale (candidose vaginale), des démangeaisons rouges apparaissent au début. Puis des brûlures, des douleurset des pertes blanches souvent inodores sont souvent présentes. Une certaine rougeur dans les parties génitales et une douleur au niveau du vagin peuvent également apparaître. Pour résumer on peut relever 3 symptômes typiques de la mycose vaginale 1. forte démangeaisons ou brûlures 2. pertes vaginales (pertes blanchâtres et granuleuses) 3. rougeurs (gonflement des tissus) Notons que les douleurs lors de mycoses vaginales peuvent être augmentées par la miction ou des rapports sexuels. Attention, des démangeaisons ou des douleurs au niveau du vagin ne sont pas forcément toujours le signe d'une mycose vaginale, bien au contraire, ces signes peuvent également être les symptômes : d'infections bactériennes, d'un herpès génital, d'allergie,...Seul votre médecin peut faire un diagnostic exact et vous proposer le meilleur traitement en fonction de la maladie ou infection trouvée. Source : http://www.creapharma.ch
PRÉBIOTIQUES Les prébiotiques sont généralement des oligosaccharides ou des polysaccharides à courte chaîne constitués approximativement de deux à vingt unités de sucre. Ils échappent à la digestion dans l’intestin grêle et sont des substrats potentiels pour l'hydrolyse et la fermentation par les bactéries intestinales. Les prébiotiques doivent agir comme substrat sélectif d’une ou d’un nombre restreint de souches bactériennes bénéfiques qui résident dans le côlon et en stimuler la croissance. Les bifidobactéries et les lactobacilles sont les microorganismes du microbiote intestinal (flore intestinale) les plus fréquemment ciblés. Source : wikipedia PRINCIPE ACTIF Molécule entrant dans la composition d’un médicament et lui conférant ses propriétés thérapeutiques. Un médicament contient un ou plusieurs principes actifs incorporés dans un excipient. Source : www.santepratique.fr PROBIOTIQUES Les probiotiques sont des micro-organismes vivants (bactéries ou levures), ajoutés comme compléments exerçant un effet bénéfique sur la santé de l'hôte. Source : wikipedia
SPOTTING Spot : des "petites taches", en anglais. Ici, il s'agit d'un terme gynécologique qui signale des pertes de sang, minimes mais persistantes, en dehors des règles évidemment. Le plus typique de ces saignements a minima est observé parfois sous pilule contraceptive, traduisant un déséquilibre hormonal qui peut inciter à changer de méthode de contraception. Source : wikipedia

SYNDROME DU CHOC TOXIQUE Qu’est-ce que le syndrome du choc toxique? Le syndrome du choc toxique (SCT) est une maladie rare, souvent très grave qui survient soudainement après une infection. Le SCT peut rapidement affecter plusieurs organes différents y compris le foie, les poumons et les reins. Comme le SCT progresse rapidement, l’aide médicale est nécessaire aussitôt que possible. Qu’est-ce qui cause le SCT? Le SCT est provoqué par une infection due à une bactérie. Il existe deux bactéries qui produisent des toxines pouvant être responsable du SCT – la première est le staphylococcus aureus (SA) et la deuxième est le streptocoque de groupe A. La bactérie du streptocoque de Groupe A est associée à la fasciite nécrosante ou maladie dévoreuse de chair. Pour plus d’information, veuillez consulter la HealthLink BC File [fiche santé de la C.-B.] n° 60 La fasciite nécrosante. Cette fiche santé présente le SCT en relation avec l’infection de la bactérie du staphylococcus aureus (SA). Qu’est ce que le staphylococcus aureus? Les bactéries staphylococciques sont présentes dans le nez et/ou sur la peau de plus de 30 pourcent des personnes en bonne santé. Heureusement ces bactéries ne sont habituellement pas dangereuses et ne causent que des infections légères de la gorge ou de la peau. Les bactéries staphylococciques produisent des toxines qui n’affectent pas la plupart des personnes. Dans de rares cas, les personnes qui n’ont pas développé d’anticorps contre ces toxines peuvent présenter une réaction aiguë lorsque celles-ci entrent dans la circulation sanguine. Le syndrome du choc toxique en est le résultat. Quels sont les symptômes du SCT? Les symptômes premiers du SCT sont semblables à ceux de la grippe, se développent rapidement et sont graves. Les symptômes peuvent inclure : une douleur à l’endroit de l’infection, des vomissements, de la diarrhée, des signes de choc y compris une hypotension artérielle, des étourdissements, des maux de tête, des essoufflements et une brûlure semblable à celle d’un coup de soleil. Les symptômes se manifestent généralement dans un délai de 3 à 5 jours chez les femmes menstruées qui utilisent des tampons. En général, les symptômes du SCT peuvent se développer dès 12 heures après une intervention chirurgicale. Qui est à risque? Le SCT ,du à une infection bactérienne staphylococcique, peut toucher tout le monde. Cependant, la majorité des personnes atteintes sont les jeunes, hommes et femmes, de 20 à 40 ans qui n’ont pas développé les anticorps spécifiques. Bien que les femmes menstruées qui utilisent des tampons soient plus à risque de contracter le SCT, les tampons ne causent pas le SCT. Les facteurs de risque du SCT comprennent : Un antécédent de syndrome de choc toxique staphylococcique. Une utilisation prolongée d’un tampon, en particulier de type super absorbant. L’utilisation d’éponges, de diaphragmes ou de dispositifs intra-utérins contraceptifs. L’irritation et l’inflammation du vagin (vaginite). Une blessure cutanée y compris une plaie chirurgicale par exemple lors d’une opération nasale. Les personnes qui développent une infection de plaie staphylococcique après une chirurgie peuvent avoir plus de risque de contracter le SCT. Des infections respiratoires récentes comme la sinusite, le mal de gorge (pharyngite), la laryngite, l’angine ou la pneumonie. Que dois-je faire si je pense être atteinte du SCT? Si vous pensez avoir contracté le SCT vous devez consulter un médecin immédiatement. Si vous ne pouvez pas consulter un médecin immédiatement, allez au service des urgences le plus proche. Si vous manifestez un symptôme quelconque du SCT lors de l'utilisation d'un tampon, enlevez-le et consultez un médecin immédiatement. Avertissez le professionnel de la santé que vous portiez un tampon lorsque les symptômes sont apparus. Quel est le traitement contre le SCT? Le SCT dû aux infections bactériennes staphylococciques est grave. Cependant, lorsqu’il est identifié et traité correctement, il est mortel dans seulement 3 à 6 pourcent des cas. Le SCT ne peut pas être traité à domicile. L’hospitalisation est requise pour soigner l’infection du SCT et d’autres complications associées au SCT comme les commotions. On administre des médicaments antibiotiques pour tuer la bactérie. Si la source de l’infection implique un tampon, un diaphragme ou une éponge contraceptive, ils doivent être enlevés dès que possible. Le SCT peut-il être évité? Le SCT causé par une infection et non associé à l’usage du tampon peut être évité en maintenant toutes les plaies propres, y compris les plaies chirurgicales, les plaies de coupures, d’égratignures, de brûlures, d’irritations, de piqûres d’insectes ou de morsures d’animal. Le SCT associé à l’usage des tampons, des diaphragmes ou des éponges contraceptives peut être évité. Suivez les indications fournies avec le paquet lorsque vous utilisez des tampons, des diaphragmes ou des éponges contraceptives. Lavez-vous les mains au savon avant d’insérer ou d’enlever un tampon, un diaphragme ou une éponge contraceptive. Changez votre tampon au moins toutes les huit heures ou utilisez les tampons durant une seule partie de la journée seulement. Ne gardez pas votre diaphragme ou votre éponge contraceptive plus de 12 à 18 heures. Alternez tampons et serviettes hygiéniques. Par exemple, utilisez des serviettes pendant la nuit et des tampons pendant la journée. Utilisez des tampons au taux d’absorbance le plus faible selon vos besoins. Le risque de SCT est plus élevé avec les tampons super absorbants. Source : Santé Canada www.sc-hc.gc.ca
VAGINITE : Une vaginite est une inflammation de la vulve, du vagin ou des deux, ou un écoulement vaginal anormal non attribuable à une cervicite. Contrairement à une idée reçue, la vaginite est rarement en rapport avec une infection sexuelle. Le protozoaire Trichomonas vaginalis est le seul agent sexuellement transmissible connu à causer une vulvo-vaginite et ne réprésente que 5 % des causes de vaginite. Mais la fréquence des consultations pour cette pathologie constitue néanmoins un moment important de l’évaluation des femmes à risque d'infection sexuelle. Source : wikipedia, www.medix.fr, Dictionnaire médical Bilingue DORLAND, 28eme Ed. 2010.
fr__pensee_pour...

V-Veil-Shop, FABRIQUE et VEND en DIRECT
POUR VOUS OFFRIR LA MEILLEURE QUALITÉ À DES PRIX AVANTAGEUX

Institutionnel / produits
Histoire de V-Veil-shop
Up et Upgyn en Détail
V-Veil Hygiénique en détails
Test consommateur en détail
F.A.Q.
Formules d'abonnement
Lexique gynécologique
  Règlementaire / Légal
Mentions légales
Conditions Générales de Vente
Modes de livraison gratuite
Politique de confidentialité
Paiement sécurisé
CB VISA MasterCard
V-Veil-Shop Hygiène intime
Ils parlent de V-Veil :